Chondopolis

De Wiki Répubrick
Aller à : navigation, rechercher
CHONDOPOLIS
Vue Chondopolis.png
L'Hôtel de Ville et le Boulevard de la Transition

320px
Drapeau de Chondopolis
Informations
Région Drapeau Chondonie.png Chondonie
Maire Chonde (LV)
Population 72 131 habitants (août 2017)
Gentilé Chondopoliennes, Chondopoliens
Fondation 4 sept. 2015 (réelle)
4 sept. 830 (RP)
Langue(s) Français
Localisation
EmplacementChondopolis.png
Coordonnées X : -2770 / Z : -596

Chondopolis est la capitale de Chondonie. Son maire est Chonde Jacquet (LV)

Géographie

Situation

Chondopolis se trouve au Nord-Ouest de Répubrick et est la capitale régionale la plus à l'Ouest du pays. L'agglomération la plus proche est celle d'Althaven, dont le cœur historique se trouve à seulement 789 cubes au Sud-Est de celui de Chondopolis, tandis que Draggan se trouve à 1041 cubes au Nord-Est, et Jersey Shores à 1800 cubes au Sud. Les villages de Chondonie sont relativement proches de Chondopolis : Livron se situe précisément à 546 cubes au Sud, tandis que Sainte-Perpette-l'Abbaye n'est qu'à 484 cubes au Nord.

La LGV Neubourg-Chondopolis permet de rejoindre Neubourg Gare Centrale et Neubourg International en 8 minutes depuis Chondopolis TGV.

Climat

On distingue principalement trois biomes différents à Chondopolis :

  • La plaine de tournesols, qu'occupe aujourd'hui le coeur de la ville, allant du Nord des canaux jusqu'aux marécages du Sud et de l'Ouest, et vers la forêt de l'Est, à l'emplacement actuel de la gare de Chondopolis TGV. Cette même plaine se retrouve de l'autre côté du Fleuve Chondonie, entre Chondopolis et Althaven, non urbanisée en dehors de la présence des villages de Khün et Livron.
  • La forêt tempérée, qui encercle la ville du Nord-Ouest à l'Est jusqu'au fleuve Chondonie. C'est cette même forêt qui englobe plus au Nord le village de Sainte-Perpette-l'Abbaye.
  • Les marécages, non-urbanisés au Sud et occupés à l'Ouest par la Zone Entreprenante Chondopolienne.

Urbanisme

Morphologie Urbaine

Le ville s'est développée autour de la citadelle, coeur médiéval de Chondopolis. À l'époque, quelques rares faubourgs s'étaient développés aux portes de la citadelle : la porte Est, menant à Strongvale et vers le reste de l'actuelle Répubrick, la porte Nord menant à Sainte-Perpette-l'Abbaye, et la porte Ouest en direction des territoires barbares avec lesquels commerçait la cité (la route aujourd'hui est partiellement détruite, elle reprenait l'emplacement des actuels Voie Médiévale Bassepierre, Passage des Soupirs, une partie de la Rue Jean Boyer et du Boulevard Altermondial). Il ne reste aujourd'hui rien de ces faubourgs, la plupart ayant disparus durant l'occupation strongvaléenne.

Dans les années 1920, le centre de la ville s'est déplacé vers l'Ouest le long de la route préexistante. Les canaux, construits à cette même période, marquent les limites de la nouvelle ville, qui ne les dépassera pas avant la Deuxième Guerre Cubique.

Il faut attendre la fin des années 1940 pour voir apparaître un urbanisme maîtrisé et réfléchi à Chondopolis. La majeure partie de la ville est détruite, à l'exception du quartier de Vieux-Livron et de la citadelle, et les ruines déblayées laissent place à de grands espaces vides. Paul Lafaye, maire de l'époque, fait construire quatre boulevards se rejoignant au centre du quartier à rebâtir : il s'agit de l'actuel Giratoire de l'Idéologie et des Boulevards de la Sobriété, de la Libre Circulation, Altermondial et de la Transition. C'est autour de ces nouveaux axes que la ville se reconstruit, notamment l'Hôtel de Ville, le quartier de Lantrevaste (aujourd'hui réhabilité), et les prémices de Ville-Mélanne et de la Z.E.C..

Quartiers

Section en cours de rédaction...

Histoire

Préhistoire

Depuis près d'un siècle, divers travaux effectués à Chondopolis, principalement l'ouverture des canaux en 1920 ou les travaux d'aménagement du nouveau parlement de Chondonie en 1986, ont permis de découvrir nombre de restes d'habitats et de village préhistoriques. On retrouve notamment sous les canaux au Nord les fondations d'un bourg apparemment assez imposant, comportant une vingtaine d'habitations au moins, des palissades, et ce qui semble être un marché ou bazar. Comme la ville prenait petit à petit tout l'espace au coeur de la plaine, surtout durant les grands travaux des années 20, les fouilles ont principalement été réalisées au Nord des canaux, sous l'actuel quartier de Grand Ambré. La présence d'outils, de bijoux, de vêtements et d'accessoires travaillés, et même de pierres semi-précieuse provenant des montagnes du Nord-Ouest, montrent les prémices du troc dès 3500 av. Notch. Quant aux fouilles du Parlement, elles ont attesté de la présence d'un rituel de funérailles : pas moins d'une centaines de tombes ont été découvertes, les cadavres le plus souvent en position foetale entourés d'objets du quotidiens. Une grande partie de ces collections sont visibles au Musée de Chondopolis, la majorité restant cependant dans les réserves pour des questions de sécurité. Ces dernières demeurent néanmoins accessibles aux chercheurs et scientifiques Répubrickains et étrangers.

Des voix s'élèvent pour déplorer l'absence totale de découvertes durant la fondation du métro Chondopolien. La Rencontre pour la Culture de 2004 permit au maire Charles Jacquet de s'exprimer sur la question :

« Les lignes rouge et bleue du métro chondopolien traversent des quartiers historiques de la ville. Ces mêmes tracés ont dû tout simplement éviter, en quelque sorte, les sites historiques. Vous pensez bien que si nous avions trouvé le moindre outil, le moindre bout d'os taillé, nous aurions fait tout le nécessaire pour engager des fouilles, quitte à ralentir l'avancée de la rame de métro ! » *rires*
Charles Jacquet, Rencontre pour la Culture 2004, 12 juin 2004, à Chondopolis

Au grand étonnement des archéologues, ce morceau de civilisation préhistorique ne donne plus la moindre trace après 3300 av. Notch. À moins de futures découvertes, il est supposé qu'il n'y ait plus de sédentarisation dans la région avant le Moyen-Âge, soit pendant près de 4000 ans.

Fondation de la ville

Les plaines chondopoliennes longtemps désertes connaissent l'arrivée massive de paysans Althavenois entre le VIIIème et le IXème siècle, en quête de plus de terres cultivables pour combler les besoins grandissants de la cité marchande. La présence de tribus barbares au Nord et à l'Ouest incitent ces mêmes paysans, de plus en plus nombreux et donc de plus en plus proches des barbares, à se rassembler pour se protéger. Un bourg se forme petit à petit à l'emplacement actuel de la cité médiévale de Chondopolis, et l'organisation nouvelle de la cité opte pour l'élection d'un bourgmestre. En 806, les chefs des sept familles paysannes les plus influentes se réunissent en conseil et choisissent parmi eux le premier bourgmestre de Chondopolis : Chonde Jacquet, qui deviendra dans l'Histoire Chonde 1er. Dès lors, le fonctionnement de la cité est similaire à celui d'une république marchande, bien que le terme n'aie jamais été utilisé, et que le chef ne soit pas nommé doge mais "bourgmestre".

Chonde 1er se révèle être un diplomate hors-pair, en plus d'avoir une gouvernance innovante pour l'époque. Il privilégie le commerce avec Althaven, cité voisine, mais aussi avec certaines des plus importantes tribus barbares des alentours, et développe avec eux des liens autres que militaires pour la première fois. Le commerce est florissant, et les caisses de la ville se remplissent. Le Conseil fait bâtir autour de la cité une muraille entre 824 et 830, et son inauguration justifie d'une grande fête le 4 septembre 830, qui deviendra la date symbolique de fondation de la ville. Les chefs de deux des plus importantes tribus voisines sont également présents à la fête, l'occasion de sceller un partenariat de commerce et une amitié durable entre les barbares et la cité. La légende dit qu'en ce jour de fête, l'un des chefs de tribus dit à l'un des patriciens, dans un français hésitant : "Quelle belle cité Chonde qu'il nous a fait !" De là viendrait le nom de Chondopolis.

Les échanges croissants avec la cité voisine d'Althaven et les tribus barbares influent grandement sur la culture de la cité : le vieux français, né du mélange de langue cubique et de langues barbares, est systématiquement utilisé par le Conseil à partir du milieu du IXème siècle, et le catholicisme devient religion officielle par décret le 15 avril 868. La fondation en 875 d'une première église à la gloire de Saint Christophe le Grand, saint patron des voyageurs, symbolise la volonté des dirigeants et de la cité et de sa population d'assimiler le catholicisme comme seule et unique religion.

Les années passent, et la dynastie Jacquet se retrouve généralement à la tête de la cité. Chondopolis développe son influence, le commerce est florissant, les tribus barbares se civilisent ou se retrouvent écrasées par la cité et ses alliés. Un hôtel de ville digne de ce nom est érigé entre 991 et 993 pour accueillir le Conseil et symboliser le siège du pouvoir, encore visible aujourd'hui. Le bourg se développe en dehors des enceintes fortifiées, les menaces barbares étant amoindries, jusqu'à totalement disparaître.

Alliance Marchande des Cités Patriciennes

Section en cours d'écriture...

Décadence de la cité

Section en cours d'écriture...

Invasion Strongvaléenne

Section en cours d'écriture...

Révoltes et oppositions

Section en cours d'écriture...

Première Guerre Cubique

Section en cours d'écriture...

Indépendance et renouveau

Section en cours d'écriture...

Deuxième Guerre Cubique

Section en cours d'écriture...

Unification de Répubrick

Section en cours d'écriture...

La Ligue Verte au pouvoir

Section en cours d'écriture...

Politique et administration

Liste des maires

Cette liste ne prend en compte que les maires élus depuis la fin de la Première Guerre Cubique. Pour consulter la liste des bourgmestres recensés auparavant, voir la Liste des bourgmestres de Chondopolis.

Période Identité Étiquette Qualité
1918 1923 Édouard D'Aulnay PIC Propriétaire terrien
1923 1928 Alphonse Janvier PIC Médecin
1928 1933 Gustave Meyer PIC Entrepreneur
1933 1939 Jules Lemestre PSC Instituteur
1939 1945 Poste vacant -- --
1945 1950 Paul Lafaye UR Avocat
1950 1965 Antoine Ravel PSC Ex-Ouvrier
1965 1975 Luc Vernoy UR Ex-diplomate
1975 1982 Étienne Duriez PR Journaliste
1982 1985 François Tellier PR Conseiller Municipal, maire par intérim suite au décès d'Étienne Duriez
1985 2015 Charles Jacquet LV Propriétaire terrien, entrepreneur
2015 ---- Chonde Jacquet LV Propriétaire terrien, entrepreneur

Administration municipale

La ville de Chondopolis est gérée par un Conseil Municipal, dit "Privilégié", composé de 8 conseillers autour du maire. C'est le Conseil Municipal qui prend les décisions importantes, et celui-ci est élu tous les 5 ans au scrutin de liste majoritaire à deux tours. L'ensemble des Chondopoliens intra-muros âgés d'au minimum 18 ans peuvent voter. De ce Conseil Municipal élu est formé un Conseil Élargi : chacun des 8 conseillers municipaux s'entoure de 10 adjoints personnels de son choix, toutes étiquettes confondues, afin de déléguer diverses tâches. Seul le maire ne choisit pas d'adjoints personnels, puisqu'il est déjà assisté du Conseil Municipal Privilégié.

L'administration chondopolienne peut donc se résumer ainsi :

  • 1 maire, qui choisit :
  • 8 conseillers municipaux, qui choisissent :
  • 80 adjoints personnels du Conseil Élargi

On note que ce fonctionnement, datant de 1918, a connu des Conseils Élargis composés de plusieurs étiquettes à la fois jusqu'aux élections de 1990. Depuis le deuxième mandat de Charles Jacquet et encore aujourd'hui sous la gouvernance de Chonde Jacquet, le Conseil Municipal Privilégié et le Conseil Élargi ne comptent plus que des membres encartés Ligue Verte.

Politique environnementale

Depuis 1965, Chondopolis est gérée par la Ligue Verte. Une forme politique de protection de l'environnement a été mise en place dès lors, et la ville semble aujourd'hui être toute entière investit dans la préservation de l'environnement, ligne directrice de la Ligue Verte. Plus de 50 ans après, les efforts de la municipalité paient, et on compte de nombreux décrets et arrêtés municipaux en faveur de l'environnement, mais aussi régionaux, la région de Chondonie étant également Ligue Verte depuis 1980. Parmi ces politiques, on retiendra la protection des lapins, la prime aux jardin et balcons fleuris, l'obligation au tri sélectif, la taxe sur le crottin, la redevance pour la reforestation ou encore l'Impôt Durable, source de revenu principal de la municipalité.

Les Chondopoliens et Chondoniens s'expriment peu sur le sujet, mais de vives critiques émanent des autres régions de Répubrick, trouvant cette politique environnementaliste autoritaire voir dictatoriale.

Population et société

Section en cours d'écriture...

Santé

Section en cours d'écriture...

Éducation

Section en cours d'écriture...

Sport

Section en cours d'écriture...

Culture et patrimoine

Section en cours d'écriture...

Dans la culture populaire

Section en cours d'écriture...

Voir aussi

Section en cours d'écriture...

Villes réelles de Répubrick
AlthavenAurèsAveiroBrises-sur-MerChondopolisDragganHartsfieldLannerenLinconshiresNeubourgNew HorizonNowygradSan JoséSchonbergStettinPapeloaValporiaWereldinWinterhaven